Une exemplarité à variable ajustable

Notre équipe « Marchons pour Le Relecq Kerhuon » souhaite faire part de sa forte indignation concernant l’attitude de la liste de “L’Union pour le Relecq-Kerhuon”. En effet, nous leur reprochons des manquements graves aux principes de base de la démocratie.

Concrètement, nous avons constaté :

– de la malhonnêteté intellectuelle ;

– un manque de respect flagrant et incontestable vis-à-vis des listes opposantes et surtout vis-à-vis des habitants de la commune ;

– une obstination dans une politique d’un autre temps.

La malhonnêteté
intellectuelle

En étudiant de près le programme de cette liste, il est aisé de constater que « l’évolution » de celui-ci se traduit en réalité par de la copie des programmes des autres listes et particulièrement de la nôtre. 

En effet, début mars, le programme de l’Union pour le Relecq-Kerhuon prévoyait la sécurisation du passage à niveau et l’aménagement du site de Pen an Toul – thèmes qui ont complètement disparus du programme présenté après le confinement. En revanche, de nouveaux éléments apparaissent et semblent être repris à l’identique de notre programme distribué aux habitants au mois de mars. Par exemple, le soutien aux commerçants (pourtant oubliés par la mairie pendant 12 ans), le dispositif des voisins bienveillants (qualifié de “milice” par leurs colistiers lorsqu’on nous avons présenté ce projet début mars) et la création d’un espace de coworking, que nous souhaitons dans notre Maison des Solidarités. Pour rappel, ces actions constituaient le noyau de notre programme présenté avant le confinement.

Le manque
de respect

Durant toute la campagne électorale, les panneaux d’affichage libre de notre commune ont été monopolisés par l’équipe de l’Union pour le Relecq-Kerhuon, comme nous vous l’avions déjà signalé en mars. Dès que notre équipe ou l’équipe Vert le Relecq-Kerhuon collait ses propres affiches, elles étaient quasi immédiatement retirées par l’Union pour recoller leurs affiches par-dessus, en 3 exemplaires. 

Par ces actions, en plus de nous manquer de respect, ils ont manqué de respect aux Relecquoises et Relecquois, qui ont été privés d’une information plurielle. Où est le principe d’équité et d’égalité que cette liste met en avant ? Les mots doivent être corrélés aux actes. 

obstination dans une
politique dépassée

La liste “l’Union pour le Relecq-Kerhuon”, en poste depuis déjà 12 ans à la mairie, fonctionne sur le favoritisme et le népotisme (abus qu’une personne en place fait de son influence en faveur de sa famille et de ses amis).

Comment peut-on encore, de nos jours, nommer directement des enfants d’élus sur des postes qui, selon la loi, sont soumis à des concours de la fonction publique ? Même si le poste de Directeur Général des Services peut être ouvert à des contractuels, nous pensons que ce n’est pas souhaitable et qu’il faut favoriser les attachés territoriaux

Ne s’agit-t-il pas de favoritisme lorsqu’une association qui réunit très peu de membres occupe des locaux remis à neuf aux frais du contribuable, sans payer depuis des années leur loyer contractuel et bénéficie de subventions parfois supérieures aux subventions accordées aux autres associations ?

Comment peut-on affirmer être soucieux du bien-être des enfants quand dans l’école Jules Ferry il pleut depuis plusieurs années du fait de fuites d’eau ? Comment peut-on se dire à l’écoute quand on bafoue l’avis des parents d’élèves lors de la reprise de l’école après le confinement ?

Comment faire confiance à une équipe qui, depuis 12 ans, fonctionne sur ce type de principes ? 

Notre liste “Marchons pour le Relecq-Kerhuon” réitère l’importance d’un engagement transparent et exemplaire pour la commune et ses habitants.