lutter contre les violences faites
aux femmes

Depuis la loi du 5 mars 2007, les maires ont la responsabilité d’agir en matière de prévention de la délinquance. « Marchons pour le Relecq-Kerhuon » souhaite aller plus loin et s’engager fermement en faveur de la lutte contre les violences faites aux femmes. Nous sommes déjà engagés dans la lutte contre les violences intrafamiliales par le biais de l’association Les Papillons qui lutte contre toutes les formes de violences faites aux enfants.

Les violences intrafamiliales touchent les femmes de manière massive quel que soit leur âge, leur milieu social ou leur situation socio-professionnelle. En France, environ 220 000 femmes sont victimes de violences physiques et/ou sexuelles de la part de leur conjoint ou ex-conjoint, chaque année (enquête «Cadre de vie et sécurité» 2012-2018 INSEE-ONDRP). Nous pensons que la lutte contre les violences faites aux femmes doit être déclinée au niveau local, au Relecq-Kerhuon.

notre plan
d'actions

Une fois élus, nous commencerons par réaliser un diagnostic de terrain. Nous souhaitons connaître le besoin de prise en charge sur notre territoire, l’offre de de prise en charge existante et le maillage des dispositifs sur le territoire communal et intercommunal. Notre volonté d’engagement se heurte à une réalité, seulement 19 % des victimes de violences physiques et/ou sexuelles conjugales portent plainte (enquête « Cadre de vie et sécurité » 2012-2018 – INSEE-ONDRP). Afin de faciliter le parcours de ces femmes, nous nous engageons, une fois élus, à mettre en place un réseau spécialisé de professionnels engagés dans la lutte contre les violences faites aux femmes.

Pour rompre l’isolement de ces femmes et favoriser leur accès aux droits et aux services, nous mettrons en place une permanence d’accompagnement de proximité, au sein de notre Maison des Solidarités. Nous pourrons ainsi faciliter le parcours des femmes victimes de violences et faciliter leur accès à un accompagnement par des professionnels formés aux spécificités de ces violences et à leurs conséquences. Cette permanence aura vocation à proposer à la victime un accompagnement global, comprenant des entretiens individuels ou collectifs, réalisés par des assistants sociaux, psychologues et juristes.

Nous engagerons une sensibilisation à destination des professionnels exerçant dans la commune, amenés à accompagner les femmes victimes de violences : médecins, avocats, agents d’accueil, secrétaires médico-sociales, services éducatifs, infirmières, sages-femmes, etc. Ces professionnels doivent connaitre les mécanismes des violences afin d’agir de la manière la plus adaptée selon leur champ de compétences et pouvoir orienter les victimes vers le réseau qui sera mis en place au sein de notre Maison des Solidarités.

Nous souhaitons que la ville soit dotée de plus de logements d’urgence en bon état. Nous souhaitons aussi donner la priorité aux femmes victimes de violences lors des attributions des logements sociaux.  

faire connaître
ces actions

Nous sommes conscients qu’il est important de communiquer pour faire connaitre les dispositifs d’aide qui existeront sur notre territoire. Cela facilitera l’accès des victimes à ces dispositifs et donnera une visibilité à notre politique dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Nous commencerons par créer un livret répertoire, qui débutera par une partie généraliste expliquant les phénomènes des violences faites aux femmes, les types de démarches que les femmes doivent accomplir, pour elles et leurs enfants, les dispositifs d’aide et d’accompagnement disponibles dans la ville, les numéros de téléphone leur permettant de contacter des professionnels qualifiés. Ce livret répertoire sera déposé dans chaque boite aux lettres de chaque maison et de chaque appartement du Relecq-Kerhuon.

Nous communiquerons autour des dispositifs d’aide sur les panneaux d’affichage électroniques dans la ville, dans le magazine local, sur le site web ainsi qu’à travers des affiches visibles dans les services municipaux afin que toutes les Relecquoises soient au courant des accompagnements mis en place localement.

Chaque année, nous organiserons des événements à destination des habitants de la ville sur la thématique des violences. Ces événements peuvent être organisés à l’occasion du 25 novembre, qui est la journée internationale pour l’élimination des violences à l’égard des femmes. Ces actions prendront place dans les écoles, ainsi que dans notre Maison des Solidarités.

Nous sommes conscients du coût financier de ces mesures. Afin de ne pas peser sur les finances de la commune, nous solliciterons le fonds interministériel de prévention de la délinquance, l’Agence régionale de santé et le conseil régional.

numéros d'écoute pour
les femmes victimes de violences

FEMMES VIOLENCES INFO : 3919. Numéro national gratuit et anonyme d’écoute et d’information, animé par la Fédération Nationale Solidarité Femmes.

VIOLS FEMMES INFO : 0800 05 95 95. Permanence téléphonique d’écoute du Collectif Féministe Contre le Viol.

VIOLENCES FAITES AUX FEMMES AU TRAVAIL : 01 45 84 24 24 Permanence téléphonique d’écoute de l’Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail (AVFT).

STOP MARIAGE FORCÉ : 01 30 31 05 05. Dispositif d’écoute et d’accompagnement des victimes de mariage forcé, géré par l’association Voix de Femmes.

FEMMES VIOLENCES HANDICAP : 01 40 47 06 06 Permanence téléphonique d’écoute spécialisée pour les femmes victimes de violences en situation de handicap animée par l’association Femmes pour le Dire Femmes pour Agir.

SOS Homophobie –ligne d’écoute: 01 48 06 42 41.

Chat d’aide pour les jeunes femmes victimes de violences  : https://enavanttoutes.fr/